Pete Shelley : "Homosapien" (Genetic Records ; 1981)

Publié le par satierix

album-homosapienOn connait surtout Pete Shelley pour son travail en tant que leader au sein des Buzzcocks. Ce groupe pop de Manchester a fait partie intégrante de la révolution punk, en étant pendant quelque temps en première partie des Sex Pistols et en pondant des albums qui restent des références ("Love Bites" est le meilleur).

 

En farfouillant chez un disquaire, je tombe sur cet album à la pochette intriguante. Pete est assis sur la table d'un décor futuriste qui pourrait sortir d'un film de SF, posant devant un ordinateur dernier cri de l'époque (nous sommes en 1981, rappelons-le). Et bien ce visuel annonce fort bien le contenu de la galette. Loin des guitares acérées des Buzzcocks, cet album est fortement tintée d'une électronique à la Kraftwerk, à la New Order, où à la Cure. Et le tout fonctionne ! Pas de perte d'énergie, des titres à l'étoffe de tubes radio ("Homosapien", "Yesterday's Not There", "Guess I Must Have Been In Love With Myself"), des petites ballades aux mélodies bien senties ("Keats Song", It's Hard Enough Knowing"), et des titres un peu plus traditionnels par leur instrumentation ("Just One Of Those Affairs"). Ce dernier titre justement est particulièrement séduissant par sa rythmique enlevée et chaloupée, combinée à des solos de guitare efficaces. "Pusher Man" a un petit côté Midnight Oil, autant par la voix que par le rythme. "Qu'est-ce que c'est que ça" est assez drôle, une bizzarerie efficace bourrée de synthés avec un refrain en français qui reste dans la tête.

Malgré la profusion d'électronique, les guitares ne sont pas pour autant en reste et sont bien mises en évidence dans quelques morceaux.

 

Certains trouveront peut-être que le son a vieilli et diront que ça sonne trop 80"s. Ce n'est pas mon avis, les sonorités sont certes anciennes mais sont très bien utilisées et servent un son très actuel. Je rapprocherai d'ailleurs cet album d'un autre beaucoup plus récent, "Phrazes For The Young" du leader des Strokes, Julian Casablancas. Lui aussi est sorti du registre purement rock de son groupe pour sortir un album plus électronique et futuriste.

 

Je ne sais pas si l'album de Shelley est encore bien distribué, mais je vous laisse au moins le lien Deezer pour découvrir par vous-même : "Homosapien" sur Deezer.

 

Ca vaut largement le détour !

Bonne écoute !

 

Satierix

 

Tracklist :

Face A

1°) Homosapien

2°) Yesterday's Not There

3°) I Generate A Feeling

4°) Keats' Song

5°) Qu'est-ce que c'est que ça ?

 

Face B

1°) I Don't Know What It Is

2°) Guess I Must Have Been In Love With Myself

3°) Pusher Man

4°) Just One Of Those Affairs

5°) It's Hard Enough Knowing

 

Publié dans Chroniques de disques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article